Rechercher
  • WIIS France

Blogpost #6 Portrait de Karine Lejeune


Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec la colonelle Karine Lejeune, ancienne porte-parole de la gendarmerie, mobilisée contre la violence faite aux femmes, prix de la Femme d'influence 2018.









Qu’est-ce qui vous a poussé et motivé à vous engager dans la Gendarmerie ?

La Gendarmerie est un milieu que je connais bien puisque je suis la 4e génération de gendarmes: mon père, mes deux grands-pères et mon arrière grand-père étaient gendarmes. C’est une institution dans laquelle j’ai grandi et qui m’a apporté, enfant, beaucoup d’opportunités, notamment celle de suivre mon père dans des affectations à l’étranger.

Au moment de choisir mon orientation professionnelle pendant mes études de droit, il m’a paru assez naturel, par cet engagement futur, de rendre un peu à cette belle institution ce qu’elle m’avait apporté. Par ailleurs, le sens du service public et les valeurs portées par la Gendarmerie correspondaient à mes attentes.



Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre rôle ? Quelles sont vos missions au quotidien ?

Depuis août 2018, je commande le groupement de gendarmerie départementale de l’Essonne. J’ai ainsi sous mes ordres 745 gendarmes d’active et 420 réservistes opérationnels qui assurent des missions de sécurité publique et de police judiciaire sur près de 80% du département.

La gendarmerie de l’Essonne assure la sécurité de la population à la fois sur des territoires périurbains mais aussi plus ruraux, notamment sur le sud du département. Ainsi, nous prévenons et luttons quotidiennement contre la délinquance, qu’elle soit d’appropriation (avec par exemple les cambriolages), ou touchant les personnes, comme les violences intrafamiliales. Nous assurons également la sécurité des mobilités avec la lutte contre la délinquance routière et la sécurité dans les transports, très denses en Île de France.

Enfin en Essonne, la gendarmerie assure à la fois la sécurité de la plus grande maison d'arrêt d’Europe, implantée sur la commune de Fleury-Mérogis, mais aussi celle du campus urbain de Paris-Saclay où de nombreuses grandes écoles sont implantées.


Avez-vous été inspirée, par des femmes ou des hommes, dans les choix qui ont guidé votre parcours professionnel ? Quels ont été leurs enseignements ?

Il est indéniable que mes parents ont favorisé ce parcours professionnel car j’ai été élevée dans la conviction que l’on pouvait devenir qui on voulait et exercer le métier que l’on souhaitait si l’on s’en donnait les moyens.

Ainsi, je n’ai jamais envisagé que certains métiers ne pourraient pas m’être accessibles. J’ai tout fait pour arriver à mon objectif d’intégrer la gendarmerie, même si les démarches initiales et les premiers paliers n’ont pas été toujours faciles à franchir.


A votre avis, pourquoi la Gendarmerie (et pas seulement en France) peine à se féminiser ?

Actuellement 20 % des effectifs de la gendarmerie sont des femmes. Notre présence est de plus en plus forte et nous sommes représentées dans l’ensemble des unités et technicités de la Gendarmerie. Pour autant, pour le grand public, les métiers d’autorité restent identifiés comme des « métiers d‘hommes ». C’est la raison pour laquelle il est important à la fois de communiquer sur la place que les personnels féminins peuvent tenir au sein de l’Institution, sur la conciliation vie professionnelle-vie personnelle qu’il est possible d’avoir ainsi que sur certains « rôle modèle » qui peuvent permettre aux jeunes de s’orienter vers les métiers de la sécurité.


Quels conseils donneriez-vous à des jeunes femmes désireuses de s’engager dans la dans la Gendarmerie Nationale?

La Gendarmerie Nationale offre d’extraordinaires opportunités à la fois de se mettre au service des autres mais aussi de s’épanouir dans les missions très diverses.

Que ce soit en gendarmerie départementale ou en gendarmerie mobile, en sécurité publique ou en police judiciaire, dans des technicités telles que pilote d’hélicoptère, maître de chien, technicien en investigations criminelles, négociateur de crise, plongeur, spécialiste montagne et tant d’autres, l’Institution permet à chacun et chacune d’orienter sa carrière professionnelle en fonction de ses aspirations avec un seul objectif : la sécurité des citoyens et citoyennes.

Alors n’hésitez pas : chaque année, la gendarmerie recrute. Rejoignez nous !

102 vues
Women in International Security (WIIS) France

Force instigatrice et fédératrice de changement, dévouée à la promotion des femmes dans la sécurité et la défense en France, et à l'étranger

Courriel: contact@wiisfrance.org

Association Loi 1901 à but non lucratif 

© 2018 by Women In International Security (WIIS) France |  Mentions légales