Blogpost #7 Portrait de Hélène Rolet


Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Hélène Rolet, anciennement responsable de la communication des Jeunes IHEDN.











Qu’est ce qui a déclenché chez vous cet intérêt pour les questions de défense et la communication ?

Tout a commencé par un stage au sein de la cellule communication de la base navale de Toulon suivi, quelques mois plus tard, d’un contrat armées-jeunesse au centre presse de la Délégation à l’information et à la communication de la Défense (DICoD). Ces expériences ont été déterminantes dans mon parcours puisqu’elles lui ont donné un sens et ses spécificités.


Un sens d’abord, parce qu’elles m’ont fait prendre conscience de l’importance de la fonction communication au sein des organisations et de sa valeur stratégique, ainsi que des enjeux liés à la réputation. Qu’elle soit interne, externe, corporate ou institutionnelle, la communication valorise, explique et fait rayonner. Elle est aussi porteuse de sens. Pour toutes ces raisons, le domaine de la communication est apparu en phase avec mes aspirations : exploiter une idée et la décliner en messages à fort impact. Un véritable coup de foudre qui m’a menée à la création de ma propre entreprise, HNR Communication.


Après le sens, viennent les spécificités. Mon parcours est aujourd’hui orienté « défense » (à quelques exceptions près) et j’en suis fière. Il est façonné par de nombreux échanges avec les hommes et les femmes qui font notre défense, quels que soient leur grade ou leur fonction. Le monde de la défense est passionnant, car humain avant tout.


Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre poste/vos missions actuellement ?

J’ai la chance d’être responsable de la communication des Jeunes IHEDN, première association européenne de jeunes sur les questions de défense et de sécurité. Cet engagement bénévole fort est très enrichissant en ce sens qu’il me permet d’être au contact d’étudiants ou professionnels volontaires et confiants dans l’impact positif qu’ils peuvent avoir sur notre société.


Plus précisément, ma mission consiste à valoriser au quotidien les actions portées par les membres engagés de notre association : événements (virtuels compte tenu du contexte), publications, travaux transverses… Avec l’équipe que j’ai constituée, nous menons différentes campagnes de communication pour les Jeunes IHEDN sur des projets majeurs, tels que la collecte au profit du Bleuet de France, les semaines thématiques de nos comités et plein d’autres choses encore !


La multitude et l’intensité des missions qui me sont confiées ne laissent pas place à l’improvisation. Et c’est par un important travail de coordination et une constante exigence envers nous-mêmes que nous arrivons à atteindre ce niveau de qualité.

Avez-vous été inspirée, par des femmes ou des hommes, dans les choix qui ont guidé votre parcours professionnel ? Quels ont été leurs enseignements ?

Je mentionnais mon expérience à la DICoD plus haut à dessein. C’est là que j’ai rencontré le commandant Marc, officier communication de l’armée de Terre, qui m’a accompagnée à mes débuts dans le domaine.


Au-delà des enseignements reçus en communication et relations presse, j’ai été particulièrement inspirée par ce qu’il me répétait assez souvent : la communication est un acte de combat. C’est la raison pour laquelle, on s’y prépare, qu’on anticipe avant d’agir et qu’on fait des RETEX, afin d’évaluer si les actions portées ont été à la hauteur des attentes.


Finalement, défense et communication vont bien ensemble !


A votre avis, quelles sont les clés d’une bonne stratégie de communication pour mettre en valeur les femmes dans le secteur de la défense et de la sécurité ?

A mon sens et de manière générale, il faut, dans un premier temps, identifier l’effet final recherché dans toute stratégie de communication. De celui-ci, découlent des publics cibles, des messages clés et des actions.


Vient ensuite « le comment ». Cette réflexion vise à définir une organisation temporelle, c’est-à-dire un calendrier qui précise les actions en amont du temps fort, celles propres au temps fort et celles qui se dérouleront en aval. A cela s’ajoute le choix des vecteurs de communication qui sont tout autant stratégiques selon la cible que l’on veut toucher : réseaux sociaux, site Web, newsletter, e-mail, print, signature de mail… la liste peut être longue (ou pas !) selon la campagne.


L’ensemble de ces éléments contribue à établir une stratégie de communication pertinente de manière globale.


S’agissant de la valorisation des femmes en particulier, il s’agira, comme je le précisais plus haut, de bien définir les enjeux pour faire de sa campagne un véritable succès !



80 vues0 commentaire
 

©2020 par WIIS FRANCE